Six siècles de peinture chinoise au Musée Cernuschi

Publié le par David

La peinture chinoise classique est très différente de la peinture occidentale de par le fait que les artistes ne sont pas seulement des peintres mais également des poètes et des calligraphes. Comme l'explique Fan Zeng : "Une peinture sans poésie sera une oeuvre dénuée de spiritualité et d'âme. Et un peintre dont la calligraphie est faible produira une peinture sans éclat".

Trois thèmes sont abordés dans la peinture chinoise classique: les fleurs et les oiseaux, les paysages, et enfin les gens. Chaque peinture est souvent accompagnée d'un petit texte décrivant la scène (en caractères chinois traditionnels), suivi du sceau de l'artiste (ce sceau est l'équivalent de notre signature).


Les peintures chinoises sont réalisées sur de la soie ou du papier. Elles sont ensuite montées sous la forme de rouleau horizontal ou vertical, de feuille d'album ou d'éventail. En enroulant la peinture, il est ainsi possible de la stocker dans une boîte à l'abris de la lumière et de la poussière.

Tout comme la calligraphie chinoise, la peinture chinoise repose sur l'utilisation des quatre trésors du lettré, à savoir le pinceau chinois, le bâton d'encre, la pierre à encre et le papier de riz (voir figure à gauche, c'est le mien !). Le tracé se fait en positionnant le pinceau à la verticale de la feuille. En fonction de la pression maintenue sur la feuille, de la vitesse d'exécution et de la direction du tracé, le trait obtenu sera plus ou moins épais. Obtenir un trait d'une épaisseur uniforme, ou bien un trait dont l'épaisseur augmente ou diminue de manière naturelle,  finir par un petit crochet, tout cela demande de nombreuses heures de pratique. Pour m'y être essayé, cela n'a rien d'évident. Mes premiers caractères chinois au pinceau ressemblaient plus à de gros pâtés qu'à autre chose. Mais après quelques minutes de persévérance (et les conseils d'une amie chinoise), j'ai fini par réussir à tracer des caractères identifiables.



A moins d'être un spécialiste de la peinture chinoise, très peu d'occidentaux sont capables de citer ne serait-ce qu'un seul nom d'un grand maître de la peinture chinoise. C'est également mon cas, et ceci alors que je m'intéresse beaucoup à cette culture. Pour combler cette lacune, citons Wen Zhengming et Dong Qichang, deux peintres importants de l'époque Ming (1368 - 1644). Ci-dessous, Les montagnes au printemps de Dong Qichang :



Certains artistes chinois vont s'affranchir quelque peu des contraintes des quatre trésors du lettré. On peut citer par exemple la peinture au doigt de Gao Qipei. Cette technique originale permettant de réaliser aussi bien des "taches" importantes en posant la totalité du doigt sur la feuille, jusqu'au détails les plus fins en utilisant juste le bout des ongles. La Peinture des mille automnes illustre parfaitement ce style.


L'influence de l'occident va se faire sentir à la fin du XIXème siècle et pendant tout le XXème siècle, notamment avec l'introduction de la peinture à l'huile. Des peintures "hybrides" font ainsi leur apparition, mélangeant  le style et les thèmes traditionnels de la peinture chinoise avec la technique occidentale.


Si la peinture chinoise vous intéresse, le Musée Cernuschi propose en ce moment une très belle exposition consacrée à six siècles de peinture chinoise, principalement axée sur les personnages (bien que l'on y trouve de nombreuses peintures d'arbres et de fleurs). A noter que plus d'une quinzaine d'année de travail ont été nécessaires pour restaurer ces oeuvres, souvent en très mauvais état. Un documentaire expliquant les différentes étapes de cette restauration est d'ailleurs diffusé dans la partie permanente du musée.


Informations pratiques :

  • Lieu : Musée Cernuschi, 7 avenue Vélasquez, Paris 8ème (métro Monceau, Villiers, ligne 2)
  • Site web du musée :  http://www.paris.fr
  • Date d'ouverture : du 20 février au 28 juin 2009
  • Horaires : ouvert tous les jours de 11h à 23h
  • Prix d'entrée : plein tarif 7€, tarif réduit 5.50€
  • Durée de la visite : environ 1h00

Publié dans Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article